Everlasting art

Everlasting art art

11/01/2019

Le Pouvoir de la Pensée

La Conscience extérieure et la conscience intérieure
La pensée est une activité psychique qui s’opère entre la conscience extérieure et la conscience intérieure.

La conscience extérieure appelée aussi l’esprit conscient, accueille l’information, la traite, l’analyse, la compare, la synthétise et la diffuse.
Elle recueille l’information au moyen des 5 sens : l’ouïe, l’odorat, la vue, le goût et le toucher. Pour la traiter, l’analyser et la comparer, elle fait appel aux informations stockées dans la conscience intérieure (le subconscient).
Elle est critique et incrédule. Elle ne croit que ce qu’elle perçoit à son niveau. C’est pourquoi elle peut vous dresser des limites dans votre potentiel et peut freiner votre action en vous faisant croire que vous ne pouvez pas réaliser une chose que vous n’avez jamais réussie auparavant. Ces limites sont à la base des données négatives, des croyances et des paradigmes qui sont enregistrés dans le subconscient.
Rien ne se fait sans le subconscient !
La conscience intérieure a toujours la priorité sur la pensée humaine car elle influence constamment la conscience extérieure selon les données qui sont en sa possession.
La conscience intérieure, plus connue sous l’appellation du « subconscient » ou de « l’inconscient », c’est le "disque dur" du cerveau humain. Elle stocke les données et les redistribue à la conscience extérieure au besoin. Elle emmagasine dans sa mémoire tout ce qui arrive à la personne depuis sa naissance et dans les moindres détails.
Elle ne fait pas la différence entre le bien et le mal ni entre le positif et le négatif. Elle est neutre et ne raisonne pas. Elle prend toute information reçue comme une nouvelle donnée qu’elle enregistre et qu’elle retournera à votre conscience extérieure à la demande. Elle est intemporelle. Elle ne fait pas la différence entre le passé, le présent et le futur. Elle ne fait pas non plus la différence entre une image mentale et une image réelle, une scène imaginée ou une scène vécue
.
La conscience intérieure est le siège des émotions, des sentiments, du ressenti, des réflexes, des habitudes, des paradigmes et des croyances.

21/12/2018

Le royaume d'Oyo
Le Royaume d'Oyo est un ancien État africain, fondé au xve siècle par les Yorubas, dans l'actuel Nigeria. Ce royaume était limité à l'ouest par le Royaume de Dahomey, au nord par le Noupé et à l'est par le fleuve Niger.
Le royaume a été créé par Shango, le premier roi d'Oyo. L'État d'Oyo fut la plus puissante des cités-États yorubas[réf. nécessaire]. Ilé-Ifé est considérée comme la cité d'origine de tous les Yorubas[réf. nécessaire]. Ici, la religion yoruba est pratiquée comme dans tous les États yorubas. À Oyo la divinité Ogu était vénérée. Le roi portait le titre de Yalafin. Le royaume était divisé en provinces toutes dirigées par un Oba, qui remettait l'impôt et les taxes au roi. Les Oba, avaient à leurs ordres un conseil, constitué de chefs de guerre, chefs spirituels, chefs des différents villages de la province, qui assuraient ensemble la gestion du territoire. L'Oba, était choisi par le conseil
La capitale du royaume était la ville d'Oyo. Le grand rival de l'État était le royaume de Dahomey, dans l'actuel Bénin, que les Yorubas réussirent à dominer pendant un siècle. Le royaume d'Oyo possédait de grands guerriers et une excellente cavalerie[réf. nécessaire], qui lui permirent de se développer jusqu'au littoral, pour contrôler la chaîne du commerce d'esclaves et jusqu'au royaume de Porto-Novo, dont il fit son principal port exportateur d'esclaves[1]. Le royaume connut son apogée entre le xviie siècle et le xviiie siècle.

Les Yorubas furent très touchés par la traite négrière. Les côtes du Nigeria devinrent, au xviiie siècle, le lieu d'une intense activité de traite alimentant le commerce triangulaire mise en place par les puissances occidentales et s'appuyant sur les chefferies locales. Celles-ci procèdaient par razzias dans les régions proches de la côte[2].

Au début du xixe siècle, l’empire yoruba d’Oyo dominait nombre d’États yorubas et le Dahomey, son vassal de 1748 aux années 1820. Le cœur de l'empire était situé entre les fleuves Ogun et Osun. Dans sa partie orientale, l’ensemble yoruba était divisé en plusieurs royaumes « frères », dont ceux d’Ife et du Benin. Les Yorubas de l’Est s'étaient développés dans les forêts humides grâce au commerce classique, tandis que ceux de l’Ouest s'étaient étendus dans les savanes du Nord et vers le littoral, autour du commerce d’esclaves[1].

Vers 1820, l’abolition de la traite fit perdre l’essentiel de ses revenus au royaume d’Oyo[1]. Celui-ci fut alors en prise à des intrigues politiques et à des rivalités avec les États environnants, induites par l'enjeu des marchés d'esclaves entretenus par la traite, et se disloqua après une série de défaites militaires. Les différentes provinces du royaume prirent donc leur indépendance tour à tour. Indépendantes, toutes les provinces que dirigeait l'Oba se faisaient la guerre incessamment. Les Peuls et les Haoussas, venus du nord du pays, profitèrent de cette situation chaotique pour lancer des djihads contre les Yorubas, afin de leur imposer leur domination et pour les convertir à l'islam[3],[4]. À l'ouest, le Dahomey attaqua en 1823 des villages placés sous la protection du royaume d'Oyo[5]. Les Peuls réussirent à s'emparer de bon nombre de provinces, ainsi que de la capitale Oyo, vers 1835[4]. L’islamisation de la région de l’actuel Nigeria fut ainsi une conséquence indirecte et paradoxale du mouvement philanthropique abolitionniste protestant[1]. À la fin du xixe siècle, les colons britanniques repoussèrent les attaques du Dahomey sur Oyo, ainsi que celles des Peuls, et imposèrent leur domination définitive sur les pays Yorubas en 1897. Le dernier Yalafin de Oyo fut Abiodun

20/12/2018

Ifá est un système de divination pratiqué par les Yoruba, le mot désigne aussi le personnage personnifiant la sagesse dans ce système de croyances.
Le système de divination yoruba permet aux devins d'invoquer Orunmila, la divinité yoruba de la sagesse, des prophéties et de l'éthique. Eshu, qui a la charge de la justice spirituelle et du transport des Igbos, prête son autorité ou ase à l'oracle dans le but d'éclaircir le futur et de fournir des pistes à ceux qui cherchent des conseils. Ifá offre un moyen de communication entre le monde des esprits et celui des vivants.

La pratique de la divination Ifá est appelée idafa (ou dida owo et ounte ale). L'Idafa n'est opéré que par un Babalawo (un prêtre initié). On peut traduire Babalawo par « le père des secrets ». Parmi les noix de palme ou de kola disponibles, seules certaines sortes peuvent être utilisées dans la divination Ifá, elles doivent également avoir trois « yeux » ou plus. Ces noix sacrées, appelées Ikin, sont rassemblées dans une main, puis le devin tente de les faire passer d'une main à l'autre et compte les Ikin restantes, dans l'espoir de découvrir s'il en reste une ou deux.

Odu est un système binaire, ne fonctionnant qu'avec une ou deux noix dans la main du devin. À ce moment du rite, le devin trace des marques simples ou doubles en versant de la sciure de bois dans sa coupe divinatoire, jusqu'à ce qu'il ait créé l'un des 256 odus possibles. Chacun de ces odus est associé à un ensemble traditionnel d'ese (vers), souvent en relation avec la mythologie yoruba, qui explique leur sens divinatoire. Ces vers ont été élaborés à travers des milliers d'années d'observation et sont emplis de prédictions, des avis à la fois terre-à-terre et spirituels qui résolvent les problèmes trouvés dans cet odu. Dans l'Ifá, les fidèles trouvent tout le savoir du monde passé, présent et à venir.

Après avoir obtenu l'odu qui régit une situation ou un événement, le devin peut alors déterminer si l'odu vient avec Ire (que l'on peut grossièrement traduire par la chance, la bonne fortune) ou avec Ibi (les obstacles qui font barrage au succès). Après cette étape, le devin détermine les offrandes appropriées, les exercices spirituels et/ou les changements de comportement nécessaires pour apporter, conserver ou attirer le succès pour la personne qui reçoit le conseil divinatoire.

18/12/2018

Le terme Yorouba apparaît au début du xvie siècle sous la plume d'Ahmed Baba pour désigner le seul royaume d'Oyo. C'est un exonyme haoussa, présent également dans le lexique fulfuldé, qui signifie rusés[3]. Plus qu'un hommage à la diplomatie d'Oyo, il s'agit peut-être d'une allusion à la ruse honorée en la divinité Eshu.

Son intégration au lexique yorouba pour désigner les descendants du mythique Oduduwa habitant les seize cités-États et leurs multiples subdivisions, qui reconnaissent pour métropole Ifé et partagent la langue de la chancellerie de l'Alafin (en), date de la fin du xixe siècle. Ce choix lexical est le fait de l'esclave yorouba devenu évêque anglican Samuel Ajayi Crowther, premier traducteur de la Bible. Le morcellement politique des Yorouba n'a pas laissé d'endonyme propre à la langue yorouba

16/12/2018

Bon dimanche a vous

Everlasting art's cover photo
13/07/2017

Everlasting art's cover photo

Timeline Photos
09/03/2017

Timeline Photos

Timeline Photos
09/03/2017

Timeline Photos

Timeline Photos
09/03/2017

Timeline Photos

Timeline Photos
09/03/2017

Timeline Photos

Everlasting art
09/03/2017

Everlasting art

Everlasting art
24/06/2015

Everlasting art

Timeline Photos
20/06/2015

Timeline Photos

Timeline Photos
20/06/2015

Timeline Photos

Timeline Photos
20/06/2015

Timeline Photos

Timeline Photos
20/06/2015

Timeline Photos

Timeline Photos
20/06/2015

Timeline Photos

Timeline Photos
01/06/2015

Timeline Photos

Timeline Photos
01/06/2015

Timeline Photos

19/11/2014

Que devrions nous faire pour préserver notre origine?

23/08/2014

Bonjour

Adresse

BP:01 Pobè S/c IDONIYI Dominique
Porto-Novo
+229

Téléphone

94898885

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque Everlasting art publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Musées á proximité


Autres musées à Porto-Novo

Voir Toutes